Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 13:05

Manifestation au péage de Villefranche-Limas

Des employés des sociétés d'Autoroute Paris-Rhin-Rhône (APRR) et Aréa dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail

A l'appel du syndicat Sud autoroute, quelques dizaines d'employés syndiqués des sociétés d'Autoroute Paris-Rhin-Rhône (APRR) et Aréa, ont manifesté hier de 10 heures à 14 h 30 au péage de Villefranche-Limas. L'opération s'est déroulée dans le calme. Les manifestants ont distribué des tracts. Ils devaient également tenter une levée des barrières pour rendre gratuit l'accès au péage.
« Le mouvement a lieu sur l'ensemble du réseau géré par APRR et Aréa. Depuis la privatisation de ces entreprises et le rachat par le groupe Eiffage, les conditions de travail se dégradent, notamment en raison de la montée en puissance de l'automatisation des voies de péage par le biais du télépéage. Le but : le tout automatique d'ici 2010-2012 », mentionne Jean-Pierre Campanato, délégué syndical central de Sud autoroute. Le syndicaliste, enfin, précise qu'une offre publique d'échange (OPE) est actuellement en cours, lancée par le groupe Sacyr sur Eiffage : « Si cela ne fonctionne pas, cela peut se transformer en OPA avec pour risque de voir les autoroutes SAPPR et Aréa devenir la possession des Espagnols ». Christophe Gallet  
Péage en partie gratuit à Beynost
L'appel à la grève du syndicat Sud Autoroutes a été entendu. Des salariés ont fait des opérations de gratuité pendant 24 heures depuis hier et jusqu'à ce matin
Quelle ne fut pas la surprise d'un usager de l'autoroute A42 de passer au péage de Beynost gratuitement. La péagiste, gréviste solidaire avec d'autres employés, notamment ceux de Villefranche/Limas, a apposé une affichette signalant qu'elle est en grève. Cet employée a répondu à l'appel à la grève lancé par le syndicat Sud Autoroutes pour 24 heures du 4 mai à 4 heures jusqu'au 5 mai à 5 heures auquel des syndicalistes de Force ouvrière ont apporté leur soutien.
Emplois, salaires, conditions de travail, restructurations en cours, avenir de l'entreprise font partie des revendications des salariés qui font des opérations de gratuité de certains postes de péage sur tout le secteur des autoroutes Paris-Rhin-Rhône.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 07:41

Actions SUD (1er semestre 2007)

 

 

SANEF Senlis :

 

District de Senlis

 

Mr CAILLIEZ Bruno : licencié pour cause de maladie parce qu’il soignait son PSORIASIS

 

Conseil de Prud’Hommes de Senlis : résultat 11 sept. 2007.

 

 

District HDA (Saint-Omer / Bethune)

 

Garantie de salaire : 5 salariés remettent en cause l’interprétation par SANEF de l’accord sur la réduction du temps de travail (99-2).

 

Conseil de Prud’Hommes de Béthune et Montreuil Sur Mer : mai 2007

 

 

Sur SANEF Amiens :

 

 

District de Wailly-Beaucamp :

 

MR CUVELIER Jean-Jacques licencié pour maladie. SANEF refuse de le reclasser : Prud’Hommes de Montreuil Sur Mer : Juin 2007

 

 

Sur SANEF Metz :

 

Plainte contre SANEF pour non assistance à personne en danger (péage).

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 07:57

logosud-0001.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 30 AVRIL 2007


Groupe Autoroutes Paris Rhin Rhône : le syndicat SUD appelle à la grève le 04 mai 2007 pour la défense des emplois, des salaires et des conditions de travail.



Le syndicat eek AUTOROUTES, première organisation d’Autoroutes Paris Rhin Rhône (filiale d’Eiffage), a déposé un préavis de grève du vendredi 04 mai 2007 à 04h00 jusqu’au samedi 05 mai 2007 à 05h00 sur la totalité du réseau Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR) et Autoroutes Rhône Et Alpes (AREA), filiales du Groupe Eiffage.

L’appel à une mobilisation de l’ensemble du personnel se fonde sur les motifs suivants :

 eek Autoroutes demande à la Direction du Groupe APRR la remise en cause des restructurations prévues au sein du Groupe, qui ont déjà conduit à des licenciements tout en annonçant des conséquences plus graves encore sur l’ensemble des emplois existants au cours des prochains mois,

 eek Autoroutes conteste la politique salariale menée chez APRR et AREA alors que les négociations prévoient actuellement une hausse de + 1,75 % en 2007 (les négociations se poursuivent), ce chiffre relevant d’un certain cynisme quant on sait qu’APRR a vu ses résultats annuels progresser de + 35% en 2006,

 eekAutoroutes tient aussi à ce que cette mobilisation soit une occasion de dénoncer les conditions de travail insupportables que subissent au quotidien les salariés de la totalité des services, filières et filiales (tensions, pressions individuelles, développement massif des péages automatisés avec réduction d’effectif, sous traitance, cadences et tensions qu’engendre une diminution drastique des heures travaillées, fusion des services, filiales et des établissements régionaux au nom des « synergies » voulues par Eiffage, dégradation du service aux clients et de la sécurité sur notre réseau…)

 eek observe que cette nette dégradation chez APRR et AREA prend sa source dans la privatisation du secteur autoroutier en décembre 2005, ce constat devant interpeller chacun au cœur de l’élection présidentielle ; l’arrivée d’Eiffage aura aussi fait basculer les salariés d’APRR dans le système d’actionnariat salarié (la Sicavas Eiffage 2000), avec toutes les limites et les risques que démontre actuellement ce système.

 Enfin, eek Autoroutes considère que cette mobilisation du 04 mai prochain sera aussi une occasion pour le personnel du Groupe APRR d’exprimer sa vive exaspération face à la lutte juridico-financière que se livre actuellement Eiffage et le groupe espagnol Sacyr dans le cadre de l’OPE lancée par ce dernier, SUD Autoroutes constatant que ce climat pesant ne fait qu’accroître les inquiétudes du personnel et les incertitudes sur le devenir de notre entreprise.


CONTACT eek : Jean Pierre CAMPANATO : 06.14.63.65.72

L’actualité eek AUTOROUTES sur Internet : http://www.sudautoroutes.com/

Partager cet article
Repost0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 19:09

des salariés syndicalistes SUD de Saint-Omer entament leur 3ème mois de grève. (1 heure à chaque fin de poste).

Pour les autres organisations syndicales : TOUT VA BIEN A SANEF !?!

Bientôt les élections : les salariés jugeront

Partager cet article
Repost0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 17:40

                                                                                           
 
Accord de Branche CATS « Cessation Anticipée d'Activité de Certains Travailleurs Salariés » : Pourquoi SUD Autoroutes ne le signe pas?
 
L'accord de Branche CATS vient d'être conclu au niveau de notre Branche d'activité, seul SUD Autoroutes n'a pas souhaité apposer sa signature sur un accord de Branche qui nous paraît à la fois peu ambitieux, trompeur vis à vis des salariés, en ajoutant par ailleurs que dans le contexte social actuel, nous craignons qu'un tel accord se transforme en outil de casse sociale entre les mains des Directions des sociétés autoroutières concernées.
 
Cet accord de Branche pourra désormais être négocié société par société (même si rien ne l'oblige...).
 
SUD Autoroutes constate qu'à l'application d'un tel accord visant au départ de salariés (ce qui ne peux que convenir aux Directions, à l'heure actuelle), aucun salarié qui bénéficiera du CATS ne sera remplacé : ce qui confirme notre point de vue quant à l'outil de diminution drastique des effectifs que constituera un tel accord. Et ceci annonce déjà des conditions de travail fortement détériorées, du fait d'un sous effectif, pour ceux qui resteront... et qui subiront.
 
En jouant sur la participation de l'Etat et sur les efforts non négligeables des salariés (qui y perdent 30% de leur salaire), on remarque donc bien peu de contraintes pour les entreprises concernées : comment être en osmose avec un principe qui verra des entreprises alléger leur effectif en ne mettant quasiment pas la main à la poche en direction des salariés partants ? Comment accepter qu'un salarié termine sa carrière avec, pour base actuelle, 65 % de son salaire pour solde de tout compte ?
 
L'accord ne prévoit pas d'obligation de négocier positivement dans les entreprises ; qu'adviendra t-il désormais, entreprise par entreprise ; d'une part le résultat final en sera donc un accord peu équitable : d'une société à l'autre, des salariés qui bénéficieront de cet accord CATS ne partiront pas avec les mêmes conditions. D'autre part, les entreprises n'envisagent aucun plan de préretraite, ni préretraite conventionnelle au bénéfice des autres salariés.
 
Si l'idée de départ se voulait positive (et remportait dans le principe l'adhésion de SUD Autoroutes), le résultat final est très éloigné de nos attentes, si éloigné que nous ne pouvons avaliser pareil accord.
Partager cet article
Repost0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 19:44
procurez vous le dernier
AUTO PLUS du 06 mars 2007
N° 965
Spécial salon
Partager cet article
Repost0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 19:01

ACCORD 2007-1 RELATIF A LA MISE EN PLACE D’UNE PRIME DE PEAGE

 

 

Le 20 février 2007, un pas de plus vers la précarité des RI et les mauvaises conditions de travail des titulaires au péage a été franchi.

 

 

En effet en continuation avec l’accord APRI (2004-3) qui stipulait que « L’activité péage ne sera plus dans l’avenir créatrice nette d’emploi », il a été signé un accord qui encourage et donne « carte blanche » à notre encadrement district pour ne plus faire travailler leurs salariés lors des heures péage qu’ils considéraient comme « NON PRODUCTIVES » en optimisant et amplifiant l’automatisation mise en place. Le calcul est le suivant :

 

(Article 3 de l’accord)

 

Nombre de transactions payantes du district de l’année N-1 divisé par le total des heures travaillées par l’ensemble des bénéficiaires* du district au cours de l’année N-1 (*Receveurs, mono receveurs chef, receveurs chef, surveillants péage et conducteurs péage.)

 

 

En 2 mots : Moins il y aura de personnel en voies manuelles, plus grosses les portions seront. Le dernier en cabine sera peut-être le grand gagnant !?!.

 

Une « STAR ‘ AC » SANEF en quelques sortes.

 

 

Les péagistes font une nouvelle fois les frais de cette automatisation sauvage avec des conditions de travail qui s’annoncent des plus dégradantes car notre encadrement sera bien évidement contraint et forcé de faire en sorte que l’automatisation mise en place (ou projetée) soit au plus vite amortie et rentable.

 

 

Chez SUD SANEF nous refuserons toujours de signer un tel accord dévaluant, dévalorisant et dégradant l’emploi péage.

 

 

Parution le lundi 26 février 2007

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 18:59
COMPTE-RENDU du 22 février 2007 à PARIS

 

Négociation accord CATS

 

 

Négociateurs pour SUD AUTOROUTES  /

 

 

CAMPANATO Jean-Pierre                APRR

 

         BOGOSAVLIJEVICH Daniel               AREA

 

         BERJONNEAU Patrick                      ASF

 

 

ORDRE DU JOUR :

 

 

Négociation accord CATS (Cessation Anticipée de certains Travailleurs Salariés)

 

 

Le projet d’accord a été envoyé le 15 février 2007 à l’ensemble des organisations syndicales, il sert ce jour comme document de travail.

 

 

 

SUD demande dans un souci de clarté de faire apparaître l’ensemble des Sociétés adhérentes à l’ASFA pour qu’ainsi chacun des salariés concernés sachent qu’ils entrent dans le champs d’application de cet accord de branche…

 

 

La Direction répond que ce n’est pas possible, étant donné que la liste des Sociétés adhérentes peut évolué à tout moment, ce ne sont pas les Sociétés qui signent l’accord de branche mais l’ASFA, ce serait une erreur de le faire, nous n’avons pas à l’écrire mais effectivement il faudra une bonne information auprès des salariés adhérents à l’ASFA…

 

 

POUR INFORMATION les Sociétés adhérentes de l’ASFA à ce jour sont :

 

         - ALIS                            Autoroutes de liaison Seine-Sarthe

 

         - APRR                 Société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône

 

         - AREA                 Société des Autoroutes Rhône-Alpes

 

         - ASF                    Société des Autoroutes du Sud de la France

 

         - ATMB                 Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc

 

         - CCI du Havre      Chambre de Commerce et d’Industrie du Havre

 

         - CEVM                Compagnie Eiffage Viaduc de Millau

 

         - COFIROUTE      Compagnie Financière et Industrielle des Autoroutes

 

         - ESCOTA            Estérel-Côte d’Azur, Provence,    Alpes

 

         - SANEF               SANEF

 

         - SAPN                 Société des Autoroutes Paris Normandie

 

         - SFTRF               Société Française du Tunnel Routier du Fréjus

 

         - SMTPC              Société Marseillaise du Tunnel Prado Carénage

 

Page 2 de l’accord è Rajout dans le préambule de l’adhésion de SUD Autoroutes le 29 août 2006 à la Convention Collective Nationale de Branche

 

 

La Direction rappelle que cet accord de Branche portant sur la CATS est une première étape puisque les entreprises adhérentes à l’ASFA  devront (si ils le souhaitent) conclure un accord d’entreprise afin de définir les modalités d’application de l’accord CATS et pour  se faire il doit obligatoirement y avoir dans l’entreprise un accord GPEC qui peut être distinct de l’accord CATS (il faudra alors que l’accord CATS face référence à l’accord GPEC) et il faut aussi un accord tripartite obligatoire entre l’Etat, l’Entreprise et l’organisme collecteur (puisqu’il y a une prise en charge partielle par l’Etat)…

 

 

SUD demande quelques précisions concernant les travailleurs handicapés pouvant entrés dans le champs d’application de l’accord CATS, quels sont les critères retenus ? Quelle est la notion de travailleur handicapé ?

 

 

La Direction a dans un premier temps du mal à répondre à la question en indiquant qu’une note d’application sera établie dans chaque entreprise pour une bonne application où seront précisés les critères retenus…. Puis indique qu’il y a les victimes d’accidents de travail / maladies professionnelles indemnisés à hauteur mini de 10 %, les salariés COTOREP, pension invalidité 1ère et 2ème catégorie. C’est au salarié de démontrer le niveau du handicap (montant de la rente, pourcentage d’invalidité, etc.…).

 

IMPORTANT : Le salarié doit être déclaré travailleur handicapé à la date d’entrée en vigueur de l’accord CATS au niveau de la Branche

 

 

Pour le versement de l’allocation CATS :

 

 


-                     Part employeur

 

= organisme collecteur (UNEDIC)

 

-                     Part de l’Etat

 

 

 

 

Versement d’une seule allocation

 

Pour information : les cotisations retraite sont calculées sur la globalité de l’allocation

 

 

Montant de l’allocation :

 

 

La Direction a beaucoup « pataugé » pour sortir une simulation concrète suite aux interventions répétées de SUD (au regard du résultat de la simulation, on comprendra mieux la gène de la Direction )

 

 

EXEMPLE

 

Pour une rémunération moyenne de 2000,00 € BRUT/ mois (inférieur au plafond de la sécurité social qui est à 2680,00 €)

 

Le versement de l’allocation serait de l’ordre de 73 % du salaire NET antérieur soit une perte de 27 %

 

 

SUD fait remarqué que la démonstration n’est pas clair, ce que le salarié souhaite connaître, c’est combien il aura chaque mois sur son compte…

 

 

Mr BOCCARDI (Secrétaire Général APRR) a voulu faire « péter » sa science en donnant ses calculs pour 2000,00 € Brut è 23 % de charge soit 1540,00 € NET. Le salarié aura 1440,00 € d’allocation dans le cadre du CATS…

 

Gros malaise du côté de la Direction car la démonstration de Mr BOCCARDI est erronée… ON REPREND LE CALCUL

 

 

Sur l’exemple de 2000,00 € BRUT / salaire mensuel moyen

 

         2000,00 € X 65 % = 1300,00 € (base de calcul de l’allocation)

 

(65 % est la base maxi où l’Etat participe financièrement, au-delà c’est à la charge de l’employeur)

 

1300,00 € X 11,8 % (charge Social) = 1146,60 € (Montant de l’allocation)                                 

 

                                                                  hors mutuelle prévoyance

 

 

soit une perte sur 2000,00 € Brut  de  393,40 €uros.

 

Salaire antérieur : 2000,00 € X 23 % (charges sociales)         = 1540,00 €

 

Allocation CATS                                                          = 1146,60 €

 

                   Différence                                                  - 393,40 €

 

 

Le salarié qui part dans le cadre du CATS ne peut exercer une autre activité…

 

 

La direction souligne le fait qu’il s’agit là d’un exemple mais qu’il faudra faire les calculs pour les salariés concernés ou intéressés au cas par cas…

 

 

CGC indique que nous sommes dans la négociation de l’accord de branche, lors de la négociation de l’accord en entreprise, il faudrait voir pour une prise en charge supérieure…

 

 

La Direction rajoute que la retraite complémentaire est calculée sur la globalité de l’allocation…

 

 

SUD demande si les années CATS entrent dans la détermination de la pension de retraite…

 

 

La direction répond NON puisque ce sont les 25 meilleures années qui sont retenues pour le calcul de la pension retraite…

 

 

SUD souligne le fait que les salariés bénéficiant d’une pré-retraite progressive, ont  été très mal informés à la base puisque la part ASSEDIC n’est pas pris en compte dans le versement des cotisations retraites, ce qui pénalise fortement le salarié lorsqu’il fait valoir ses droits à la retraite…

 

 

La Direction admet ce point mais souligne le fait que l’accord CATS est plus favorable sur ce point…

 

 

CGT demande pourquoi bloquer les modalités de calcul du CATS à 65 %, il serait bien d’indiquer au minimum…

 

 

La Direction répond qu’elle ne souhaite pas s’immiscer dans le choix des entreprises de la branche…

 

 

La Direction souhaite préciser que l’allocation CATS est versée mensuellement…  et l’indemnité de départ à la retraite est versée au moment de la mise à la retraite… Il est rappelé que dans le cadre du CATS è Si le salarié a son nombre de trimestre = retraite à taux plein è il part à la retraite (par exemple à 60 ans, si pas son nombre de trimestre à 60 ans, il va jusqu’à ce qu’il soit à taux plein avec comme maximum 65 ans). L’employeur a connaissance du départ à la retraite du salarié puisque au moment de l’adhésion au CATS par le salarié, il doit préciser son nombre de trimestre.

 

 

Date d’entrée en vigueur

 

 

Débat sur la date d’entrée en vigueur de l’accord de branche (CATS), la Direction ayant retenu dans un premier temps le 1er juin 2007 notamment du fait que le législateur (l’Etat) peut revenir à tout moment sur ce type d’accord suite aux présidentielles…

 

 

SUD souligne le fait qu’il ne faut pas que se prétexte incite à négocier à la « hussarde », il ne faut pas bâcler d’autant qu’il y a beaucoup de négociation en cours notamment chez ASF où il n’y a pas d’accord GPEC…

 

 

Toutes les organisations Syndicales (sauf SUD) demandent d’indiquer comme entrée en vigueur le 1er mai 2007. Sud souhaite le 1er  juin 2007

 

 

La Direction indique qu’elle va envoyer l’accord CATS rectifié à la DGEFP (Services de l’Etat) afin de présenter « tout chaud » l’accord amandé pour validation de sa rédaction…ce dans un délai très court si possible…

 

 

A souligner :

 

Cet accord a pour objectif de faire partir du personnel sans compensation d’embauche à la clé, ce que les accords similaires antérieurs intégrées…

 

 

PROCHAINE Réunion de Branche prévue le 16 MARS 2007 pour séance de signature

 

 

 

Parution le lundi 26 février 2007

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 09:09

SYNDICAT SUD Autoroutes

 

 

 GREVE ILLIMITEE

le Syndicat SUD SANEF dépose UN NOUVEAU PREAVIS DE GREVE ILLIMITE d’une durée de 60 MINUTES par jour et poste de travail à compter du lundi 29 janvier 2007 pour le personnel de l’établissement de SANEF SENLIS. Les arrêts de travail se dérouleront en FIN DE POSTE pour l’ensemble des agents.

 

 

 

  SUD SANEF demande également à SANEF de ne prendre aucune disposition pour empêcher ses salariés d’user de leur droit constitutionnel de grève.

 
 

 

 

 La sécurité au travail des salariés - Respect de l’accord 99-2- Receveur Intermittent - Harcèlement moral et dégradation des conditions de travail / Sécurité et santé physique des salariés / Respect de l’encadrement envers les salariés - Respect du droit à la vie privée - Attribution équitable de la prime rénovation du péage et à l’ensemble des salariés concernés - Avenir des CDD : Contrat à Durée Déterminée / Attribution d’une prime exceptionnelle de fin de contrat - Salaires, application et reconnaissance de l’ancienneté prévue à la convention collective - Droit syndical.

 

 

SUD SANEF dénonce le total désintérêt de SANEF (groupe ABERTIS) pour la sécurité au travail des agents et l’indifférence qu’elle témoigne pour leur avenir professionnel.

 

 

SANEF Amiens :SANEF déclare impossible le reclassement d’un électronicien ayant 25 ans d’ancienneté. Le groupe ABERTIS dont fait partie SANEF emploie10 679 salariés.

 

 

SANEF Metz : Sécuritas, le convoyeur de fonds tué et ces deux collègues grièvement blessés lors du braquage d'un fourgon venaient du péage de Saint-Avold.

 

 

SANEF Metz : Une salariée qui occupait depuis des années les fonctions de receveur péage a eu un malaise sur son lieu de travail, elle est décédée. Afin de ne pas l’indemniser convenablement SANEF n’a pas voulu la déclarer en accident du travail.

 
SANEF Senlis : 2 salariés en arrêt suite à une chute sur leur lieu de travail. SANEF choisit la facilité et  fait porter la responsabilité de ces accidents sur les 2 agents.
 APRR.Dijon : Autoroutes Paris Rhine Rhône (Groupe Eiffage 55000 salariés)
  

 

 

 Un salarié qui occupait depuis des années les fonctions de receveur péage à la gare de Dijon Sud vient de recevoir sa lettre de licenciement pour impossibilité de reclassement (dans une société de 55000 salariés). C’est la seule solution que la direction d’APRR région Bourgogne a trouvé pour clore un dossier qu’elle jugeait sans doute trop encombrant. En effet, cet agent, le 31 décembre 2003 a été victime d’une agression à main armée dans un local.

 

 

 Est cela la « SOCIALATITUDE » des autoroutes privatisées !?!

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 21:36
 
L'usage d'internet est un droit syndical, selon un tribunal...


STRASBOURG (Reuters) - Le tribunal administratif de Besançon a annulé le blâme infligé par le maire de Lons-le-Saunier (Jura) à l'une de ses employées, responsable syndicale CGT, pour avoir invité ses collègues à manifester par le biais de la messagerie électronique de la commune.
La municipalité s'était appuyée sur sa charte internet, qui interdit l'utilisation des messageries internet et intranet à des fins personnelles, pour sanctionner la syndicaliste.
Dans un jugement daté du 19 décembre dernier mais révélé ce jeudi par L'Est Républicain, le tribunal estime qu'une telle interdiction peut valoir pour "des messages à caractère politique" mais non pour "la diffusion d'un message à caractère purement syndical".
La responsable CGT avait invité une vingtaine d'employés communaux à manifester, le 14 février 2004, lors de l'inauguration d'un théâtre, pour protester contre les politiques menées dans les domaines éducatif et social.
Les juges insistent sur le caractère constitutionnel du droit syndical et notent que, de l'aveu même de la municipalité, la diffusion de ce message électronique n'avait en rien perturbé le fonctionnement de ses services.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : le blog sudsanef
  • : AVERTISSEMENT : La lecture de ce BLOG peut entraîner un rejet des syndicats CFTC CFDT FO CGT UNSA CGC
  • Contact

Recherche

Archives

Articles Récents